EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Mercredi 10 Novembre 2021 à 14:14

Edito

Newsletter

Veuillez vous abonner gratuitement pour recevoir regulièrement les nouvelles des communautés Bassa, Bati et Mpo'o

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
3395485
Ce jour1827
Hier1703
Cette semaine11870
Ce mois8445
Total3395485

La troisième édition du festival quartier Sud se tiendra du 27 novembre au 1er décembre 2013 dans divers artères de la ville de Douala. A quelques jours de la tenue de cet évènement international, nous sommes allés à la rencontre de l’artiste musicienne pianiste  Yvette Bassega, présidente de ce festival. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, elle nous présente ce projet, dévoile les grandes articulations de ce festival et les innovations qui ont été apportées à l’édition 2013.

Madame Yvette Bassega, quand et comment l’idée de création de ce festival vous est venue ?

Il faut tout d’abord noter que l’équipe du Sud est un collectif constitué à l’origine d’artistes et d’étudiants mais également aujourd’hui de personnes ressources et d’amoureux de l’art et de la culture engagées à revisiter pour mettre en vitrine des expressions artistiques du patrimoine culturel camerounais. Nous sommes donc partis du constat que certaines expressions artistiques n’étaient assez promues dans notre pays. Il s’agit de la musique de l’oralité, des contes et surtout des musiques de notre patrimoine musical. C’est ainsi que nous avons décidé d’ouvrir une vitrine pour toutes ces expressions dans ce festival.

Quels sont les objectifs poursuivis par le Festival ?

Le projet «Festival International Quartier Sud » se propose d’offrir aux artistes griots, poètes, conteurs, musiciens qui valorisent les traditions musicales locales, un podium d'expression et de production de leurs arts. Il s’investit également dans la professionnalisation et l’intégration dans des circuits internationaux de diffusion et de production de jeunes artistes. Ce projet vise à susciter la prise en compte des arts du spectacle dans le processus de développement socio-économique et dans la promotion de la paix et de l’intégration régionale. Enfin, par son association avec les Ministères de la Culture et du Tourisme et le Fonds National de l’Emploi, le Festival Quartier Sud n'entend pas seulement être un moment de récréation, mais se veut également une structure participative à l'émancipation de la jeunesse et au développement de notre contrée.

Quelles sont les thématiques qui seront développées lors de cette édition 2013 ?

La troisième édition ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire du Festival, celle de la préservation des acquis et de la consolidation du projet dans son environnement très incertain et quelque peu hostile. Nous tenons à préciser que l’ambition première et originelle de Quartier Sud est de faire participer toutes les couches de la population à l’évènement. Pour cette édition il sera question d’accorder plus de rigueur et de précision dans l’organisation, pour s’assurer une efficacité dans la concrétisation de certains aspects fondamentaux du festival non encore réalisés jusqu’ici, ou pas encore assez exploités faute de moyens à savoir : un plateau grand public au stade Marion de la cité sic, l’accueil et les échanges des artistes locaux avec les artistes étrangers ;une négociation des accords et le soutien des partenaires, publics et privés, autorités publiques, nationaux pour que ce projet soit reconnu d’utilité publique ; la recherche d’une reconnaissance internationale au près de la Zone Franche(ZF) ,du Conseil francophone de la chanson (CFC), et d’autres label et festivaliers partenaires comme : Inter externe et Colombe Recorde et son festival Hip hop culture (Marseille), Africa live festival (Wusburg en Allemagne), Festival Malabo Hip hop (Guinée)... ; la mise sur pied d’un véritable réseau de circulation d’artistes avec les festivals étrangers,

Quelles sont les activités programmées au cours de ce festival ?

Il y aura une conférence débat pour susciter le débat sur un sujet artistique et culturel afin d’en en extirper les différents modes de pensée, des données certaines pour la postérité. Il y aura également des concerts de Musique des Spectacles Contes / Slam/ Jazz dont le but est de faire découvrir et promouvoir de nouvelles créations musicales locales ouvertes à l’international ; des expositions photos qui vont nous montrer les jalons de la musique camerounaise.

Quels sont les sites retenus pour abriter les manifestations ?

Nous aurons l’Institut français de Douala qui est le principal partenaire du festival, la délégation des arts et de la culture et la Cité sic Jourdain.

Est-ce que vous avez eu le soutien nécessaire pour organiser cette manifestation dans les meilleures conditions ?

Nous avons le soutien des médias qui nous aident à promouvoir le festival pour le reste je crois qu’ils n’ont pas encore suffisamment compris notre concept. Je crois dès qu’ils auront compris ce sera fait.

Un festival professionnel nécessite un staff professionnel. Y avez-vous pensé avant de vous lancer dans cette aventure ?

Bien sûr. S’il n’y en avait pas je crois que nous n’aurions pas mis ce festival sur pied. Il faut rappeler que l’association Equipe du Sud qui est la génitrice du festival a en son sein des professionnels de la musique dont le talent et les réalisations ne sont plus à démontrer aujourd’hui. Nous sommes à la 3e édition et le bilan est très positif.

Qu’est qu’il y a de particulier dans cette troisième édition ?

Justement nous avons innové avec l’exposition photo. Nous aurons tout au long de ce festival à montrer en images ceux qui posé les jalons de la musique camerounaise.

Quel appel avez-vous à lancer à la veille de cet événement ?

Aujourd’hui, nous voulons apporter une nouvelle vision de la culture et nous souhaitons juste le soutien du public, des sponsors et des mécènes. Alors nous les attendons du 27 Novembre au 1er Décembre 2013 pour vivre une nouvelle page de la culture au Cameroun.


Interview réalisée par TATIANA MATJE MBONDO

Partager l'info