EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Latest update Saturday 11 September 2021 à 19:43

Edito

Newsletter

Please subscribe for free to receive regularly the communities Bassa, Bati and Mpo'o news.

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
3222109
Ce jour835
Hier2062
Cette semaine22824
Ce mois80708
Total3222109

5ff4786963060 nunny studio3-5143590En langue bassa, Nunny signifie oiseau. Derrière ce pseudo, se cache une artiste franco-camerounaise de haut vol au ramage métissé, fait de jazz, de pop et de rythmiques africaines. Rencontre avec cette auteure-compositrice-interprète, résidant dans l'Yonne.

Avec sa voix chaude et élégante, Nunny envoûte son auditoire tout en douceur. Ses chansons sont en bassa, une langue camerounaise. Qu'importe si le sens des paroles nous échappe ! L'émotion est bel et bien au rendez-vous, l'intime palpable. « J'avais envie de raconter mon parcours, l'histoire de mes parents, des personnes qui m'entourent, des personnes qui m'ont aidé à grandir et qui comptent pour moi. », confirme Nunny.

Certains de ses titres évoquent son départ du Cameroun pour la France avec sa famille à l'âge de 8 ans, le retentissement sur ceux qui sont restés au pays comme sa grand-mère. « J'avais besoin de graver cela dans le marbre avant de m'autoriser à passer autre chose. », acquiesce la trentenaire qui aime marier sa double identité, occidentale et africaine. Elle se sent l'héritière de toutes ces cultures.

Musicalement, Nunny est aussi traversée par de nombreuses influences. Inclassable, son univers allie le jazz, la pop et les rythmiques africaines. En juin 2020, Nunny a sorti son premier EP "Nunny Hi Puwe". Enrichi de plusieurs titres, il devrait déboucher sur un album en 2021.

Nunny écrit et compose depuis une dizaine d'années. Elle a mis du temps à considérer que son travail était abouti. Un perfectionnisme qu'elle doit sans doute au choeur d'enfants de l'Opéra de Paris. Elle y a été choriste lors de son adolescence.

« C'est une sacrée école de l'exigence. La musique classique, ça ne pardonne pas ! Et quand on est entouré par les meilleurs chefs d'orchestre et les meilleurs orchestres, on n'a pas envie de faire moins bien. On est très critique envers soi-même. », analyse Nunny.

La jeune femme fourmille de nouveaux morceaux, composés avec son complice Stefano Genovese. Elle a envie de continuer à chanter non seulement en bassa, la langue de sa famille, mais aussi en anglais. L'occasion de faire un clin d'oeil à une artiste qu'elle admire par-dessus tout, Ella Fitzgerald.

Partager l'info