EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Dimanche 18 Avril 2021 à 20:09

Edito

Newsletter

Veuillez vous abonner gratuitement pour recevoir regulièrement les nouvelles des communautés Bassa, Bati et Mpo'o

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
2905230
Ce jour366
Hier2666
Cette semaine9307
Ce mois14285
Total2905230

Gabon-Gabonmediatime Prisca-Koho-696x385La ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho, a lancé ce mercredi 14 avril 2021, par visioconférence, le projet d’enregistrement, d’établissement des actes de naissance aux enfants des provinces du Haut-Ogooué, de la Nyanga et du Woleu-Ntem. Objectif,

établir en moyenne 1000 actes de naissance par province à la fin du mois de mai pour des enfants inconnus des registres de l’état civil gabonais. 

En 2014, grâce un vaste chantier d’identification des enfants sans actes de naissance dans la province de l’Estuaire, près de 15 115 enfants non déclarés à la naissance avaient été identifiés. En 2020, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), l’Etat gabonais amorçait une phase pilote de l’actuel projet dans la province de l’Ogooué Ivindo. Près de 676 enfants de moins de 18 ans sans état civil ont pu être identifiés et 608 dossiers de jugements supplétifs ont été transcrits en actes de naissance.

Une vraie veine. Selon Prisca Nlend Koho, sans acte de naissance, ces enfants « devront faire face à l’exclusion et à la discrimination, un handicap social qui peut les pénaliser toute leur vie ». Ainsi, à la demande de la ministre en charge des Affaires sociales, ce projet d’accès à la citoyenneté et à l’identité des enfants vulnérables ( conformément à l’article 8 alinéa 2 de la Convention sur les droit de l’Enfant (CDE) ratifiée par le Gabon en février 1994) va se poursuivre dans les provinces du Haut-Ogooué, de la Nyanga et du Woleu-Ntem. 

Toujours avec l’appui financier de l’Unicef qui a mobilisé 49 500 000 FCFA, ce projet placé sous la coordination de Pamela Koumba épouse Ngouabi, permettra de réunir les conditions nécessaires à l’établissement de 1000 actes de naissance en moyenne dans chacune des trois provinces à la fin du mois de mai. Durant une semaine, les points focaux des provinces cibles et toutes les parties prenantes vont être outillés sur la  méthodologie de gestion des fonds du projet. Ils bénéficieront également d’une assistance technique virtuelle du  système d’enregistrement des naissances, afin de se familiariser avec les outils informatiques.

Partager l'info